08/05/2004

La bouteille.Elle est réalisée soit en acier, soit en alli

La bouteille.

Elle est réalisée soit en acier, soit en alliage léger (aluminium ) ( rare en Belgique ). 

Les bouteilles en aluminium sont principalement utilisées par le marché américain. On pourrait croire que celles-ci sont plus légères que les bouteilles acier, mais il n'en est pas toujours ainsi. L'épaisseur des bouteilles alu doit être plus grande du fait de la malléabilité du métal et de plus elles sont plombées pour diminuer leur flottabilité.

Le volume des bouteilles ou capacité en eau varie de 3 litres à 20 litres. On peut combiner plusieurs mono afin de réaliser des bi ou tri bouteille d'un volume assez considérable. 

 Les inscriptions. 

Sur chaque bouteille, on trouve gravée toute série d'inscriptions. Cela correspond à la législation en vigueur au sujet des récipients contenant des gaz sous pression.

Ceci est valable  pour les bouteilles de plongée, mais aussi pour les bonbonnes de gaz, les réservoirs LPG des voitures, etc. En Belgique, c'est le Règlement Général de la Protection du Travail ( RGPT) qui édicte ces normes. 

En ce qui concerne la plongée, il y a cependant une exception concernant le contrôle périodique obligatoire des bouteilles. La législation prévoit en effet que seules les bouteilles d'un volume égale ou supérieur à 0,5 litres doivent subir les contrôles prescrits. Exception donc: la plupart des bouteilles de gilet de sécurité dont le volume est inférieur à 0,5 litres. Nous y reviendrons.

Passons en revue les différentes inscriptions.


22:46 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Marque : marque du fabricant. Ex. FABER.N° de Fabrication :

Marque : marque du fabricant. Ex. FABER.

N° de Fabrication : numéro de série de la bouteille. 

Capacité : volume en litre d'eau de la bouteille - varie de 3 à 20 litres.

Poids : poids de la bouteille nue, sans robinetterie. La tare est aussi un élément de contrôle de

            la bouteille ( voir ré épreuve optique ).

Gaz : nature du gaz utilisé - dans la plongée sportive, de l'air.

Pression de service : pression à laquelle la bouteille peut être gonflée pour un usage courant.

                                    Il s'agit bien entendu d'une pression maximale. Rien n'oblige de gonfler

                                    sa bouteille à fond.

                                    Sa valeur en Belgique est actuellement de 230 bars. Mais sont encore

                                    en circulation des bouteilles d'une dizaine d'années ou plus pour la

                                    pression de service - pression d'utilisation

                                    - est de 177 bars. On trouve également sur le marché des pays voisins

                                   et en Belgique des bouteilles dont la pression de service est de 300 bars.

22:44 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Pression d'épreuve : pression à laquelle la bouteille sera

Pression d'épreuve : pression à laquelle la bouteille sera portée lors de sa ré épreuve

hydraulique. La pression  d'épreuve est = 1,5 x pression de service.

Il existe une PRESSION D'ECLATEMENT qui vaut 5/3 de la pression d'épreuve

( NORME IGC ). 

Faire éclater une bouteille sert simplement à vérifier de quelle manière elle éclate. Il faut absolument éviter toute projection d'éclats ou de morceaux. La bouteille doit se fendre longitudinalement comme si elle avait été incisée d'un coup de bistouri.

Date de mise en service & fonction : avant d'être vendue sur le marché, chaque bouteille

subit une épreuve optique et une épreuve hydraulique,

 d'où la date et le poinçon. Le poinçon permet de

 savoir quel est l'organisme agréé qui a effectué les

 contrôles. Ex. de poinçon : E - 03 85 - 

Ré épreuve optique, hydraulique et poinçon : A ce jour, la date entre deux épreuves

optiques est de 2,5 ans. Donc, 2,5 ans après la date

d'épreuve de mise en service, la bouteille doit subir

 une épreuve optique et cela même si la bouteille n'a

 pas été utilisée. Il en sera de même tous les 2,5 ans

 tout au long de la vie de la bouteille.

22:34 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

REEPREUVE OPTIQUE : Pour ce faire, la bouteille doit être p

REEPREUVE OPTIQUE : Pour ce faire, la bouteille doit être propre à l'intérieur, c'est - à - dire qu'elle doit subir au préalable un grenaillage interne. Elle est parfois protégée par de l'huile de paraffine

Si l'inspection visuelle présente des doutes quant à la sécurité, la bouteille peut alors subir un contrôle de son épaisseur par ultra - sons, un contrôle radiographique, ou plus simplement un contrôle de sa tare.

Il faut savoir qu'au paravent, les bouteilles étaient réalisées en acier doux et provenaient d'un lingot creusé. Ceci explique les fortes épaisseurs du métal +/- 10 mm. 

Les bouteilles actuelles sont produites en acier dur par emboutissage et donc l'épaisseur est de +/- 4 mm en ce qui concerne les parois, le fond étant, lui, plus épais.

Les critères de déclassement sont : 

* plis internes

* corrosion inégale 

* fissures

* épaisseur du fond < épaisseur des parois 

* perte de tare > 10 %

Remarque : il se peut que la tare des bouteilles soit supérieure à la tare d'origine. Cela est dû au zingage et à la peinture qui auraient été ajoutés afin de protéger extérieurement la bouteille dans le temps. 

Ex. de poinçon : RR - 10 84 -


22:14 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

REEPREUVE HYDRAULIQUE : La ré épreuve hydraulique a lieu d

REEPREUVE HYDRAULIQUE : La ré épreuve hydraulique a lieu de 5 ans en 5 ans à dater de l'épreuve de mise en service de la bouteille. Elle s'accompagne toujours d'une ré épreuve optique et donc la bouteille doit arriver dans un état de propreté interne suffisant.

La ré épreuve hydraulique se fait au moyen d'un élasticimètre. 

La bouteille est remplie d'eau et placée derrière un blindage. On monte sur la bouteille un embout relié à l'élasticimètre ( appareil qui ajoute une quantité d'eau mesurée à la quantité existante ), il y a montée en pression ( pression d'épreuve ).

Lors de la fin de la ré épreuve, on doit retrouver toute la quantité d'eau ajoutée.

Si elle est absente en tout ou en partie, cela est dû : 

* soit à une fuite du montage, l'essai est alors recommencé,

* soit à un éclatement de la bouteille qui est déclassée

* soit à une déformation permanente de la bouteille dont le volume a augmenté - la bouteille

   sera déclassée.

22:11 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les organismes chargés du contrôle envisagent de réaliser

Les organismes chargés du contrôle envisagent de réaliser les ré épreuves hydrauliques, non plus avec de l'eau, mais bien avec de l'huile. Ceci permettrait d'apporter une bouteille à la ré épreuve sans protection interne - ce qui n'exclut pas le sablage préalable - et éviterait de devoir sécher la bouteille après la ré épreuve et de devoir à nouveau la protéger intérieurement. 

Ex. de poinçon : R - 05 86 -

22:08 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

  Remarque.L'air de gonflage est humide et lors de

  Remarque.

L'air de gonflage est humide et lors de la détende de cet air il y a condensation d'eau au sein de la bouteille. Cette eau peut être douce ou saline selon l'endroit de gonflage. Il y a alors réaction d'électrolyse entre les différents constituants du métal, puis corrosion, rouille, perte de métal et donc de poids. Il est nécessaire de mettre à nu l'intérieur des bouteilles par grenaillage car la corrosion peut être dissimulée par la protection interne. 

Les ré épreuves doivent avoir lieu dans le pays d'origine de la bouteille.

Ceci peut également entraîner des problèmes de gonflage quand vous vous rendez à l'étranger. 

Le non-respect de ces obligations de ré épreuves entraînerait le refus d'intervention de l'assurance en cas d'accident.



21:54 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Les différentes Bouteilles

Bouteille de capacité 0,5 litre. 

Ce type de bouteille n'est plus que rarement employé.

 Bouteilles d'oxygène - pas de graissage. 

les bouteilles d'O2 ne doivent subir une ré épreuve optique et hydraulique que tous les 5 ans, vu la limitation de leur utilisation.

Pas de protection interne, car l'oxygène réagit violemment en présence d'huile. 

 Bouteilles NITROX - TRIMIX. 

Ces bouteilles doivent être parfaitement nettoyées et compatibles pour l'utilisation avec l'oxygène. Elles ne peuvent en aucun cas être gonflées à l'air ( risque de pollution via le compresseur ).

Un bandeau collé sur la bouteille les distingue des bouteilles d'air. 

Ces bouteilles sont agréées et frappées NITROX ou O2N2. Elles doivent être ré éprouvées comme les bouteilles d'air.

21:51 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Peinture extérieur des bouteilles.Les couleurs des bouteill

Peinture extérieur des bouteilles.

Les couleurs des bouteilles doivent être visibles et repérables.

Ceci pour des raisons de sécurité : visibilité du plongeur dans l'eau, en surface...

Les couleurs actuelles sont principalement le jaune, le blanc, l'orange...

Si la nature du gaz utilisé ( air ) n'est pas inscrite sur la bouteille, l'ogive de celle - ci doit être peinte de la manière suivante : 4 secteurs : 1 noir, 1 blanc, 1 noir, 1 blanc. Le noir pour l'N2 et le blanc pour l'O2 qui sont les constituants principaux de l'air.

21:47 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Protection

 

Les filets de protection.

 En nylon de couleur, ils protègent les bouteilles des coups et permettent un drainage de l'eau entre la bouteille et son culot plastique ( diminution de la corrosion ).



21:45 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La Robinetterie

La robinetterie 

La robinetterie est constituée en laiton et en acier inoxydable. Le raccord robinetterie - bouteille se fait via un joint torique.

Les éléments constitutifs de la robinetterie sont :

* un siège + un joint pour la fixation du détendeur 

                                                                          1. Siège

C'est sur le siège que l'on fixe le détendeur. Le siège est muni d'un joint torique qui assure l'étanchéité entre robinetterie et détendeur. Il est donc important de s'assurer régulièrement du bon état de ce joint et de se munir de joints de réserve. Il existe deux sortes de siège,

 le siège normal sur lequel le détendeur se fixe au moyen d'un étrier et d'une vis de serrage.

 Le siège DIN sur lequel le détendeur se fixe au moyen d'un pas de vis. (voir schéma fixation 1er étage)


21:20 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le Robinet de conservation

Robinet de Conservation.

Il existe aussi actuellement deux sortes de robinet de conservation :

Le robinet normal dont le principe est connu de tous et qui permet une ouverture (ou une fermeture) progressive de l'arrivée d'air.

Le robinet quart de tour Scoubapro (Modulo) qui est basé, lui, sur le principe du tout ou rien. La bouteille est ouverte ou fermée, il n'y a pas de demi-mesure.

Le mécanisme est constitué d'une bille percée, comme une perle de collier. Le levier permet de fair correspondre ou non selon, sa position (mouvement de 1/4 de tour), le trou de la bille avec la tuyauterie d'arrivée d'air et donc de libérer ou non le passage de l'air. 

Inconvénients : la relative petitesse du levier parfois difficile à atteindre avec de gros gants de plongée, mais surtout le fait que la décharge (200 bars) de l'air - principe du tout ou rien - dans les tuyauteries du détendeur et de l'éventuel mano ont tendance à détériorer les joints de cet appareillage.

21:14 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Le tube de Broussart

Le tube de broussart est un tube qui plonge dans la bouteille et qui évite - par sa longueur - à l'eau de condensation de la bouteille d'envahir la robinetterie et le détendeur lors du canard. Il évite également - par un filtre - la pénétration des particules métalliques dues à la corrosion qui se trouvent à l'intérieur de la bouteille

21:10 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

La Réserve

La réserve.

Le principe de la réserve est simple : placé sur le trajet de l'air, entre la bouteille et le détendeur, un clapet poussé par un ressort taré vient s'appuyer sur un siège. 

Lorsque la pression de l'air contenu dans la bouteille est suffisant, elle comprime le ressort par l'intermédiaire du clapet, le passage est alors libre, mais freiné.

Si elle est insuffisante, c'est le ressort qui pousse le clapet sur le siège, obstruant le passage. Il faut alors une intervention manuelle sur le levier pour comprimer le ressort et écarter le clapet. L'ensemble est maintenu écarté du siège par un ergot. 

La réserve est dite levée lorsque le fonctionnement de la réserve est libre c à d le ressort détendu et le clapet appuyant sur le siége. La réserve est dite baissé lorsque le ressort est comprimé et que le clapet est maintenu éloigné du siège.


20:58 Écrit par willy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |